Oriental Marocain

Oriental Développement

Oriental Tourisme

Oriental Technologies

Oriental Carrières

Oriental Culture

Oriental TV

Discovering Oujda

Discovering Berkane

Discovering Nador

Discoering Figuig

Discovering Taourirt

Discovering Jerada

Discovering Driouch

Discovering Guercif

Dossiers culture
Médiathèque

Dossiers culture

Imprimer la page

Retour à la liste

Un patrimoine identitaire à sauvegarder

Pour une reconnaissance du patrimoine de Figuig

Depuis environ quatre  décennies, Figuig a connu l’expansion anarchique de l’urbanisation de style occidental, non compatible avec les spécificités urbanistiques locales, et en complète contradiction avec les traditions architecturales locales ceci a totalement bouleversé la complémentarité entre l'espace bâtis et l'espace agricole et a introduit, des dysfonctionnements profonds à l’espace oasien ce qui pose de très nombreux problèmes, à savoir :

la diffusion démesurée d’un modèle «standard  d’urbanisme inspiré de la ville occidentale» ce qui  altère l’originalité du paysage urbain authentique et accélère la dévalorisation d’un riche patrimoine architectural en terre de la civilisation présaharienne. Cette situation alarmante  de dégradation ou de destruction, voire de disparition  du patrimoine urbain en terre  risque, s’il n'y a pas d'interventions de qualités d'engendrer la perte irrémédiable des valeurs de civilisation urbaines traditionnelles. Les restaurations et les maintenances de routine des bâtiments ont été interrompues, ce qui a entraîné une détérioration sérieuse de la cité, menaçant sa durabilité et son existence même. Cet espace  urbain qui représente actuellement :

• Un espace urbain sous-équipé, sous intégré et abandonné.

• Un tissu dégradé, habité pour la plupart par  une population à très bas revenu, souvent récemment immigrée (nomade), et donc avec peu de racines dans son espace et dans sa culture.

• Un parc immobilier plus ou moins important, en très mauvais état, non seulement dans les structures du bâti, qui, parfois, menacent ruine, mais aussi dans ses réseaux.

Donc les Ksour sont confrontés à de sérieux problèmes dans le domaine de l’urbanisme et de l’habitat, le style urbain moderne progresse ; les tissus anciens se dégradent, les Ksour se dévalorisent et les anciennes constructions en terre sont de moins en mois renouvelées et entretenues. Ces  mécanismes de dégradation avancent avec un effet cumulatif :

• La perte des fonctions culturelles, institutionnelles et économiques capable d’orienter et d'organiser le développement urbain.

• La concentration d’une population à très bas revenus,  qui trouve comme  seule opportunité de se loger dans l’habitat «traditionnel» et dévalorisé de la ville historique - dans les poches d’habitat précaire ou en ruine qui se sont formées à l'intérieur. Cette population ne dispose évidemment pas des moyens  ni de savoir faire pour entretenir les structures et souvent ne reconnaît aucune «valeur» patrimoniale au tissu historique.

• Le mauvais état de conservation du bâti. Le tissu est aussi marqué  par des interventions maladroites et par le manque d’entretien qui parfois provoque des situations de danger à cause d’écroulements.

L'exode des habitants de  Figuig a eu pour conséquence  une interruption dans les opérations de maintenance habituelles et une dévalorisation des anciennes constructions en terre. Cette interruption conjuguée  aux infiltrations des eaux à partir des canaux passant sous les structures des Ksour et aux effets de l'environnement sévères (pluies torrentielles) mène à une détérioration rapide de beaucoup de structures. Etant donné que ces structures  des ksour sont interconnectées compactes  (mur à mur), ce qui a  conduit à une propagation des dommages des structures détériorées vers  celles  qui sont encore  solides, menaçant ainsi de faire effondrer toute la  ville (Begdouri Achkari, 2002, p.143).

Image(s) associée(s)